Lundi, 30 mai 2016

Découverte d'un tumulus à Hillion ?


Les documents relatifs à l’archéologie de la commune de Hillion (notamment les Annales de la Société d’Emulation des Côtes du Nord et la Carte Archéologique de la Gaule 22) mentionnent la présence d’un tertre naturel situé au lieu-dit l’Etoile, actuel site de la Maison de la Baie.

Personne n’y a fait davantage attention, hormis le fait qu’un sarcophage gallo-romain a été découvert en 1897 sur ce tertre. Après des années de fréquentation des lieux, nous nous sommes posé la question de savoir si ce tertre était vraiment naturel. Car, bien qu’envahi par une abondante végétation arbustive et arborée, on peut déceler une forme elliptique régulière, d’environ 40 m x 30 m selon ses axes principaux, et d’une hauteur d’environ 2,50 m.

Dans un premier temps, deux géobiologues ont été contactés, qui après examen du site, ont déclaré que ce tertre comportait une cavité. Dans un second temps, un géologue est venu inspecter le site et a estimé que ce tertre n’avait pas une origine naturelle. Rappelons que le professeur Yves Rocard a rédigé un ouvrage dans lequel il démontre scientifiquement l’approche des « sourciers », ou plutôt des géobiologues, pour orienter les recherches archéologiques, à défaut de magnétomètre à protons, notamment pour la recherche de cavités.

Vue aérienne du site Plan d'ensemble

Sur la base de cette approche multidisciplinaire, la probabilité est apparue très forte que ce tertre soit en réalité un tumulus. S’agit-il d’une sépulture multiple du néolithique (- 5000 à -1800 avant notre ère), ou s’agit-il de la tombe d’un « petit prince » de l’Age du Bronze (-1800 à – 800 av JC) ?

Nous avons contacté le Service Régional de l’Archéologie qui, sur ces bases, a jugé prudent d’inscrire ce présumé tumulus à l’inventaire archéologique de la commune. Catherine Bizien-Jaglin, archéologue directrice du CeRAA, en charge des prospections archéologiques du nord de la Bretagne (entre l’Est de lIle et Vilaine et le Goëlo) en a été informée, et nous avons souhaité profiter de sa venue à Hillion le 18 mai dernier pour lui montrer le site.

Elle a approuvé pleinement notre démarche interdisciplinaire, mais a fermement indiqué qu’aucune fouille ne serait entreprise, car de très nombreux tertres ont été répertoriés et qu’il n’est pas envisageable d’effectuer des fouilles…. Et tant que des fouilles n’auront pas été effectuées, le tertre ne pourra qu’être qualifié de « présumé ». Et le mystère de son origine et de son contenu perdurera…Y aura-t-il une suite un jour ?


Auteur, le (exemple : 20 mai 2016)