Vue du batiment, manoir des Vergers

Manoir des Vergers

XVème siècle

 Les dépendances datent du 4e quart du XIXe siècle. L'ensemble a été restauré à la fin du XXe siècle

D'après Henri Frotier de la Messelière, il appartenait aux familles de la Villéon (XVe-XVIIe siècles), Bréhand (XVIIe siècle) Andigné de la Chappe (1778), Latimier du Clézieux (XIXe siècle), du Breil de Pontbriand (XIXe siècle) et Méhérenc de Saint-Pierre (XXe siècle). Les propriétaires du manoir des Vergers avaient droit de basse justice.

Armelle de Saint Pierre, Dame Hurel du Campart en a été la propriétaire jusqu’en 1995.

Anecdotes

Ce manoir a une originalité, il est doté de cheminées octogonales. Cette architecture particulière se rencontre dans les paroisses où l’on trouve des biens des templiers ou des chevaliers de l’Hospital.

Le chiffre « 8 » a une importance chez les templiers.

Ce symbole proviendrait des béatitudes et l’archéologue Emile Male l’explique ainsi :

« Cette forme était l’application de l’arithmétique mystique enseignée par les Pères. Mais pour comprendre la signification symbolique du chiffre 8, il faut connaître la signification du chiffre 7 qui est l’union du chiffre 4, chiffre du corps et de 3, chiffre de l’âme. Le corps est composé de quatre éléments et l’âme de trois éléments à l’image de la Trinité. 7 est donc le chiffre de l’homme ».

Venant après le 7, le 8 est un affranchissement, il annonce une vie nouvelle, il est l’octave en musique par lequel tout recommence.

Autre explication : le chiffre 8 aussi le symbole du passage de la terre, représentée par un carré symbole des 4 éléments (terre, eau, air, feu), au ciel représenté par un cercle. Le passage du carré au cercle se fait en architecture par un octogone, les pointes du carré étant transformées en pans coupés

D’autres origines possibles de la forme 8 : la rouelle à huit rayons des chevaliers de la table ronde, l’étoile de Bethléem, les huit cercles de la croix druidique.

Rapports avec le château de Cabiche : il semblerait que les pierres du manoir des Vergers proviennent de la destruction de cette place forte attestée dans des aveux du début du XVe siècle, détruite à l’époque de la construction du manoir. (fiche 030301)

Situation géographique

Extrait plan IGN, manoir des Vergers

Plan IGN

 

Extrait Cadastre, manoir des Vergers

Cadastre

 

Extrait cadastre 1812, manoir des Vergers

Cadastre 1812

 

Extrait plan terrier 1812, manoir des Vergers

Plan terrier 1787

   

Description technique

Commentaire descriptif : manoir de plan rectangulaire allongé, à double orientation, à élévation ordonnancée sans travées. La façade antérieure présente une porte d'entrée en arc brisé à archivolte en retour ainsi qu'une grande fenêtre à appui mouluré, traverse et linteau surmonté d'un arc de décharge. Les encadrements des ouvertures sont chanfreinés. Souches de cheminée polygonales. Logis flanqué à l'ouest d'un bâtiment en retour d'équerre ; à l'est d'une étable mitoyenne surmontée d'un comble à surcroît et d'une grange en retour d'équerre, simple en profondeur, percée de deux portes à arc segmentaire.

Le bâtiment principal comporte des vestiges de fenêtres à meneaux ainsi qu'une porte au linteau cintré.

Typologie : manoir à deux pièces en rez-de-chaussée (plan binaire).

Etat de conservation : restauré

Matériaux du gros-oeuvre et mise en oeuvre : granite ; brique ; pierre de taille ; moellon

Matériaux de couverture : ardoise ; tuile mécanique

Vaisseau et étage : 1 étage carré ; comble à surcroît

Parti d'élévation extérieur : élévation ordonnancée sans travées

Type de la couverture : toit à longs pans ; pignon découvert

Photographies

Les Vergers en 1993 avant la restaurationcheminée octogonaleVue bâtiment, manoir des Vergers

Sources d'informations

Livres

  • - « Au coeur du Penthièvre : Lamballe - Jugon - Moncontour - Turnegoët. Saint-Brieuc » par  Henri FROTIER DE LA MESSELIERE: Les Presses Bretonnes, 1951, p. 169
  • - « Hillion » Ernest Gaillard, édition : Tout l’fourbi
  • - Abbé Connan, Histoire de St René
  • - Abbé Amicel, histoire d’Hillion à travers les âges